2016 Vers le sud

Maintenant à la retraite, nous avons le temps. Aussi, bien que le moteur nous laisse des doutes, nous irons vers le sud.     Le 10 juin nous quittons Saint-Usage, vers l'aval. La Saône est en crue.  Le moteur à 1100 t/m, nous filons à 14-15 km/h.   Très vite nous regagnons Lyon Confluence. Là, nous serons bloqués une semaine, car le Rhône, lui aussi est en crue. Il charie 3'800 m3/sec, et toute la navigation est arrêtée. La ville de Lyon vaut bien une escale aussi longue, et le port de la Confluence est bien situé question magasins, tram, restos.  Nous avons même eu le plaisir de visiter la famille qui vit dans la région, ce fût de bons moments.     Finalement, le Rhône redevient praticable et nous partons à nouveau vers l'aval. Il est toujours en crue et à 1200 t/m nous filons à 20 km/h. A nouveau très vite nous nous retrouvons à Avignon.   Après quelques jours dans la cité des Papes, nous irons direction Arles. Là grande déception, il n'y a pas d'amarrage possible pour des bateaux de plaisance. Il n'y a de la place que pour les paquebots fluviaux.    Trouvant que c'était honteux pour une ville de cette importance, nous décidions de remonter le Rhône sur 4 km, pour aller dans le petit Rhône.  La montée fût lente, car contre le courant, à 1400 t/m nous ne remontions qu'à 4 km/h. Après une heure nous avons bifurqué pour embouquer le Petit Rhône, jusqu'à l'écluse de Saint-Gilles. Là nous avons passé la nuit en sauvage, le long d'un quai marchand. Au matin le deuxième frigo avait quasiment vidé les batteries. Heureusement qu'il y avait le groupe électrogène pour redémarrer le bateau. Nous avons repris notre route à travers la Camargue, jusqu'à Aigue-Morte. Ce mouillage est toujours un plaisir.    Puis en direction de l'Etang de Thau, nous avons calculé notre route jusqu'à Frontignan, où il faut passer le pont tournant du chemin de fer soit le matin, soit le soir. Nous avons choisi le soir et avons passé la nuit juste après le pont, au quai au centre ville.   La Tramontane soufflait fort, mais avons décidé de quand-même traverser l'Etang de Thau, puisque nous avons un bon bateau.  Effectivement les vagues venaient par le travers, et nous avons eu l'occasion de faire fonctionner les essuies-glaces. De l'autre côté de l'Etang de Thau, nous avons eu un peu de peine à repérer l'entrée du Canal du Midi. Heureusement que nous savions où elle était approximativement. Un fois en canal, le calme est revenu. Suite à venir...............

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire