10 jours au Nord ouest d'Amsterdam

10 jours au Nord Ouest d'Amsterdam

Nous voilà de retour sur « Spicy ».  En ce milieu du mois de septembre nous avons l'impression de n'avoir jamais quitté le bateau depuis nos dernières vacances.  Tout est impeccable à bord, tel que nous l'avons laissé un mois plutôt.

Rien ne sert de trainer à Amsterdam, nous connaissons bien la ville à présent. Nous avitaillons le bateau et partirons demain.

Après avoir quitté nos hôtes du chantier où se trouve le bateau, nous traversons le canal de la Mer du Nord pour aller rejoindre celui de Nord Hollande  en passant par Zaandam.   Une fois l'écluse de cette ville franchie, nous remontons la Zaan, rivière tranquille, mais pas exempte de danger !   En effet quelques ponts mobiles plus haut nous avons failli nous faire percuter par un chaland vide de environ 80m. qui ne nous avait pas vu. Changeant subitement de route, il se dirigeait directement sur nous. Nous l'avons évité de peu et c'est très impressionnant de passer si près d'une telle masse de ferraille.  Le geste de « désolé » du capitaine nous a confirmé qu'il fût autant surpris que nous.

Le calme revenu à bord, nous remontons cette rivière, puis traversons l'Alkmaarmer , joli lac où il faut faire attention aux nombreux voiliers, bien sûr prioritaires.  Nous sommes maintenant sur le Nord Holland Canal et naviguons en direction d'Alkmaar.  L'arrivée dans cette ville est un peu austère, mais des panneaux informent, même en français où il faut téléphoner pour s'annoncer. Une jolie jeune fille arrivant à vélo comme il se doit, nous informe dans notre langue un moment plus tard des habitudes locale  et nous donne les codes de l'électricité et de la pompe à eaux noires. Cette fois ci cela fonctionne bien.

Après un bon repas de poisson et une nuit calme, nous repartons vers le nord en direction de Den Helder. En ce 12 septembre le vent forcit et les attentes devant les ponts sont assez épiques. Nous commençons à avoir le bateau bien main. En fin de journée notre but est atteint. Le yacht club nous tend ses amarres.

Le lendemain, nous aurions aimé passer l'écluse et sortir en mer pour longer les îles afin de regagner Harlingen, mais le vent nous oblige à rester à quai, bien abrités derrière la digue.  Nous profitons de visiter cette ville qui est riche de passé maritime civile et militaire. Son musée de la marine est intéressant et surtout la visite du sous marin nous fait réaliser combien de place disponible nous avons dans Spicy. Puis le musée du sauvetage en mer nous confirme que notre choix de rester à quai aujourd'hui est raisonnable.

Au matin suivant,  le vent est descendu à 5 Beaufort. Nous devons changer nos projets de voyage, car cela va durer plusieurs jours. Il fût donc décidé de rejoindre Medemblick par l'intérieur et  les canaux, plutôt que de sortir en eau libre.

C'est assez impressionnant de descendre une écluse pour atteindre plus de 5 mètres au dessous du niveau de la me, pour traverser les polders  et de les remonter pour arriver au port de Medemblick.  Ici nous trouvons un amarrage tranquille et visitons la petite ville bien agréable ma foi.  Il y a de magnifiques bateaux de tous les genres. Malgré le vent les voiliers entrent et sortent vers le large, constamment.

Il est maintenant  opportun de revoir la suite de notre voyage. Traverser l'Ijsselmeer  pour Stavoren,  avec ce vent ne serait certainement  pas confortable, mais jouable si on était certain qu'au retour le vent se calme.  Décision fût prise de retourner vers le sud, vent arrière, moyennant 2 heures d'inconfort  auparavant  avec un force 4,  ¾ bâbord avant.  Après 5 minutes de navigation,  tout ce qui devait tomber à bord était déjà par terre.  Marianne est très crispée, car les embruns passent par-dessus Spicy et le manque d'essuie-glaces se fait sentir. Il est infiniment plus agréable de piquer dans la vague et d'abattre derrière, afin d'adoucir le mouvement, mais lorsque le pare brise est couvert d'embruns je manque quelques vagues et  le choc est plus rude.  Dans tout cela je sais maintenant que Spicy est un bon bateau. Il encaisse bien.

Nous franchirons la grande écluse d'Enkhuisen avec des voiliers qui étaient partis en même temps que nous de Medemblick.

Notre arrivée  à Hoorn est un retour au calme. Quel bonheur.  Nos voisins sont de magnifiques bateaux hollandais à dérives  latérales. Ils sont tous plus fiers les uns que les autres. La ville est magnifique, emprunte de son passé.

Comme il ne nous reste plus que quelques jours de vacances, nous décidons de retourner en rivière pour avoir un peu de calme. Comme il est impossible de le faire près de nous, nous prendrons demain le cap sur Muiden à l'embouchure du Vecht.

Pour cela nous partons le jour suivant, avec un force 3 de travers puis arrière. Après avoir contourné le phare de Marken la navigation vent arrière se passe très bien, Spicy fait du surf sur les vagues, c'est marrant...

L'entrée dans le Vecht est une  transition radicale entre les diverses navigations.  Nous le remonterons jusqu'à Loenen pour entrer dans le lac de Loosdrecht, après avoir demandé à l'éclusier si nous pouvions naviguer avec notre bateau sur ce lac.   En effet mon PC-Navigo m'interdisait  ce lac, mais y ayant vu de très gros bateaux j'en étais un peu étonné.

L'écluse arrondie étant franchie nous entrons dans ce magnifique lac, sans aucun problème.  Nous passerons la nuit dans un yacht club, les amarrages étant difficiles à trouver. Ce sera l'endroit le plus cher que nous ayons rencontré dans tout le pays.   Nous dirons que le coucher de soleil auquel nous avons assisté valait ce prix.

Le retour à Amsterdam se fit sans grande surprise, par un parcours que nous connaissions déjà.

Après avoir vécu plusieurs semaines sur notre bateau, nous avons encore quelques travaux à effectuer. Cela se fera cet hiver, avant notre départ de Hollande.

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire