170216 Mini drônes pollinisateurs

170216 Mini drônes pollinisateurs

Au rythme où va le déclin de nos chères abeilles, qui sont détruites depuis plusieurs dizaines d'années, par les pesticides, les parasites et les maladies, des chercheurs (Eijiro Miyako) sont entrain de développer des drônes pollinisateurs.

Bien sûr, ces drônes ne serviront qu’à la pollinisation des fleurs, mais ne pourront pas fabriquer ce miel qu’on aime tant, ni la cire, ni la gelée royale et propolis utilisées en pharmacie.

C’est une grande perte que la disparition progressive d’une multitude d’insectes. De toutes parts ils sont agressés par l’agriculture intensive. Cette même agriculture qui sera dépossédée d’insectes pollinisateurs si on persiste dans cette direction. Sans pollinisation (action de faire tomber le pollen des étamines vers le pistil des fleurs), pas de fruit, pas de légume.  C’est ce qu’on appelle se tirer une balle dans le pied !

Des chercheurs japonais et américains développent actuellement des prototypes de drônes  plus ou moins de la taille des abeilles, destinés à polliniser les fleurs, afin que les légumes et fruits puissent se développer. Ces minuscules drônes vont aller survoler les fleurs, puis les heurter délicatement afin de faire tomber le pollen. Ils sont munis de fins crins de cheval et d’un gel destiné à capter le pollen. Puis en se frottant contre les étamines, le pollen tombe sur le pistil qui sera alors fécondé.

La taille du pollen varie entre 10 à 100 microns. Il est indispensable à la propagation des espèces végétales. Hors, avec la disparition des insectes certains cultivateurs sont obligés de polliniser à la main, munis d’un petit pinceau, fleur après fleurs. Cette méthode manuelle est déjà appliquée dans la province chinoise du Sichuan, mais cette méthode est laborieuse et très coûteuse.

C’est pour cette raison que les chercheurs se penchent sur des mini-drônes. Les premiers exemplaires à fonctionner sont munis de quatre hélices et ont une autonomie de 150 minutes. La méthode n’est pas bon marché, mais elle est beaucoup plus rapide. Pourtant elle n’est pas parfaite, car certains prédateurs s’y intéressent, les détruisant avant de se rendre compte de leur erreur.

Bien que ces travaux soient encore loin d’être mis en application dans les cultures, ils représentent un premier pas pour se préparer à un avenir dans lequel les abeilles seront toujours plus rares. Le but n’étant pas de remplacer les abeilles, bien sûr, mais de les épauler…

Plus d’infos : https://www.goodplanet.info/actualite/2017/02/12/mini-drones-pollinisateurs-a-rescousse-abeilles/#sthash.y6FPPJPw.dpuf

***

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau