170221 Milan s’est doté d’un immeuble à forêt verticale

170221 Milan s’est doté d’un immeuble à forêt verticale

Dans le cadre de l’exposition universelle qui s’est déroulée à Milan en 2015, l’architecte Stefano Boeri a imaginé et réalisé des immeubles verts (Bosco verticale). Il s’agit de deux bâtiments (80 et 112m. de haut) recouverts de végétation du bas en haut.

Aux alentours, 900 arbres et arbustes ont été plantés sur des balcons, qui ont dû être un peu surdimensionnés (env. 3,5 mètres) pour accepter ces plantations.  Des chênes, des noisetiers, des hêtres, des frênes, des oliviers, des pruniers, des cerisiers, des pommiers et quelques autres encore ont été cultivés en pépinières avant d’être hissés dans les étages de ces immeubles. Les essences de ces arbres et arbustes ont dû être sélectionnées, afin qu’elles soient absentes d’allergènes, d’épines, et qu’elles n’offrent pas trop de résistance au vent. Cette résistance au vent a d’ailleurs été testée en soufflerie à l’école polytechnique de Milan, ainsi qu’au centre anti-ouragans en Floride (IHRC).

Les plantes sont maintenues en place au travers d’un système de grillage qui sécurise l’œuvre en cas de coup de vent violent.

11'000 plantes couvrantes ont également été intégrées, ce qui représente en tout environ un hectare de végétation implantée sur ces immeubles.

L’arrosage est automatique et puise une partie de son eau dans les surplus des circuits de climatisation, ainsi que de la filtration des eaux de douche et cuisine, des bâtiments.

Ces immeubles sont de véritables poumons verts au milieu de la ville.

De plus, l’architecte a pensé à doter ces bâtiments de panneaux solaires, qui alimentent les accessoires ci-dessus.

La question maintenant que l’immeuble est habité, est de savoir comment les habitants des lieux vont cohabiter avec cette nature débordante autour d’eux. Des milliers de coccinelles ont été libérées dans les plantations, afin de lutter contre les pucerons. Des oiseaux vont venir nicher, des chauves-souris, des papillons et bien d’autres animaux colonisateurs vont s’inviter dans les lieux. Il est bien sûr interdit d’utiliser des insecticides.

Cette œuvre éco dynamique a pour but de dépolluer l’air de la ville, en absorbant le CO2 et en libérant de l’oxygène. De plus, elle crée un micro climat régulant l’humidité et l’ombre.

Ce devrait être un îlot de bonheur au milieu de la cité.

***

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau