170402 II Santé du transport fluvial en Europe

170402 II Santé du transport fluvial en Europe

Le développement du transport fluvial en Europe est l’alternative idéale au transport routier. Ce mode de transport écologique et économique, progresse incontestablement sur les axes est-ouest et vers le nord depuis la frontière française. En effet, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, les pays danubiens et ceux de l’Est, ont compris les intérêts multiples de ce mode de transport.

Le prix de la construction des voies d’eau sont tout à fait raisonnables, en comparaison avec ceux des autres moyens de transports. L’encombrement des bateaux en rapport avec leur charge, réduit le prix de la tonne par kilomètre à un coût presque dérisoire. Et, si on rapporte cela à la pollution de l’air et de l’eau, le bilan est encore plus en faveur de la voie d’eau.

Saviez-vous que sur un porte conteneur de 110m. on charge l’équivalent de 200 camoins ?

Imaginez seulement ce que réprésentent 200 camoins les uns derrière les autres, sur une route. 200 moteurs qui tournent en même temps, contre un gros moteur de péniche, qui représente environ cinq moteurs de camion. Bien sûr, il y a des marchandises qui ont besoin d’un transport rapide, et pour cela on ne supprimera jamais les camions. Pourtant, il y a beaucoup trop de camions sur les routes, n’en déplaise à Dominique Vuan.. alors ministre de l’écologie, qui a fait capoter le projet de canal du Rhône au Rhin.

Il y a beaucoup trop de camions étrangers sur les routes de France, qui mangent le travail des Français. Ces mêmes Français, qui financent leurs routes pour se voir piquer leur travail sur place, à des prix défiants toute concurrence, sans pouvoir réagir.

Certe, le tracé du projet qui devait passer par la vallée du Doubs n’était pas idéal. Mais on aurait au moins pû étudier d’autres trajectoires, plutôt que de tout enterrer.

Heureusement il y a des gens visionaires, qui savent ce qu’est l’écologie, qui travaillent sur de nouveaux projets et tracés pour mettre en liaison, par l’intérieur, la Méditerranée et la mer du Nord. Le projet Seine Nord risque de démarrer et le projet Saône-Moselle fait à nouveau parler de lui.

Il serait temps de remettre la France au cœur de l’Europe des transports.

***

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau