Permafrost

Riviere daldykan

17.10.29 Norilsk-Sibérie, la ville de tous les extrêmes

17.10.29 Norilsk-Sibérie, la ville de tous les extrêmes

C’est en 1920 qu’un géologue repéra des énormes gisements de cuivre, de nickel, d’or, de palladium et de platine au nord du cercle polaire arctique, en Sibérie. En 1930 Staline y implante le goulag « Norillag », plus de 500'000 prisonniers y seront envoyés dans les mines et usines. Ces mêmes prisonniers, au péril de leur vie, bâtirent cette ville fantôme de tous les records.

Avec ses 180'000 habitants, c’est la ville la plus au nord au monde, la ville la plus froide, la ville la plus polluée, la ville où on produit le plus de nickel au monde, la ville où il y a les plus grands écarts de température.

Cette ville, sauf autorisation ponctuelle, est interdite aux touristes, mais qui voudrait s’y rendre ? Aujourd’hui, municipalité, elle cherche par des offres alléchantes à attirer du personnel ouvrier, en offrant des conditions particulièrement intéressantes (salaires, vacances, voyages, etc.). Sauf que vivre là-bas tient de l’enfer, aussi le recrutement est difficile. La santé en prend un méchant coup, tant physique que moral. L’usine de nickel rejette chaque année plus de 2 millions de tonnes de gaz toxiques, dans l’air. La rivière Daldykan est polluée et est même venue rouge sang il y a quelques années.

Au travers de bouleversements industriels, climatiques et urbains, le sol construit sur le permafrost s’affaisse, créant des effondrements locaux.

Bien que des industries ferment, afin de tenter de rétablir une région  «plus propre», les préoccupations d’ordre environnementales sont loin d’être résolues. Les prédictions des experts disent que les effets négatifs sur la santé, mettront des années avant que la situation ne s’inverse.

Les écarts de température sont impressionnants : en hiver (+/- 280 jours par an) il faut compter avec moins 61°C et en été en général 13,6°C. Pourtant avec le réchauffement climatique, il est arrivé ces dernières années, que le record de 32°C ait été atteint.

Les usines crachent tellement de soufre, que la végétation de toundra a presque complètement disparu. Les habitants locaux parlent de neige noire ou rouge, selon les rejets dans l’air.

Si vous désirez vous y rendre, il faudra demander une autorisation. Par contre les hôtels ne sont pas chers…

***

Permafrost

171012 Le permafrost fond: DANGER !

171012 Le permafrost fond: DANGER !

N'en déplaise aux climatoseptiques, la planète se réchauffe !

Même si le GIEC (Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat, créé en 1988) affiche une prudence face aux phénomènes climatiques actuels, il n'est pas possible d'ignorer les hausses de température, les ouragans qui se déchaînent, les pluies diluviennes, les glissements de terrain et le ravage des côtes par les tempêtes, la montée des eaux, de même que la fonte du permafrost (Terres gelées du grand Nord).

Sous le permafrost aussi appellé pergélissol, se trouve enfoui un gaz naturel appellé METHANE. Celui-ci est issu, au fil des ères qui se succèdent, de la décomposition et la fermentation d'organismes naturels, à l'instar du pétrole. Il se trouve prisonier sous le fameux permafrost.  En certains endroits, il est possible de le capter pour en faire du gaz domestique naturel, mais en beaucoup d'autres ce n'est pas possible, et il s'chappe dans l'air comme gaz à effet de serre.

Si le permafrost fond le gaz se libère. Pourtant de nos jours, le permafrost fond. Et, si cela continue, il est fort probable que dans les 30 années à venir, il aura fondu dans les premiers 3 mètres de la couche terrestre, de 9 à 15 %, et dans 80 ans de 47 à 61%, selon les calculs estimatifs du GIEC.

Bien sûr notre planète a déjà vu des réchauffements et des refroidissements, sans que l'Homme n'intervienne. Mais actuellement l'Homme accélère le processus par son activité industrielle et par l'élevage intensif des ruminants.

Selon l'ONU, nous sommes en face de la plus grave menace de l'histoire de l'Humanité. Allons-nous rester les bras ballants ?

***