Abérrations

Bateau epatant

170703 VNF et négligence : Mon Coup de gueule !

170703 VNF et négligence : Mon Coup de gueule !

Il est bien triste de voir que la navigation de plaisance quitte lentement la France. En ce début du mois de juillet, nous naviguons sur la Saône, et il y a peu de trafic de plaisance. Mis à part quelques bateaux de location, il y a peu de bateaux privés. Il y a bien sûr les Néo Zélandais et les Sud Africains qui passent l’été chez nous et l’hiver chez eux, mais autrement presque rien.

Il faut chercher la cause de cette désertion vers d’autres pays européens plus organisés que la France. Bien sûr la France reste un beau pays, mais il n’est pas entretenu !  Et, les touristes y sont sensibles…

Coincés par les finances tout le monde se rejette la faute. Pourtant VNF (Voies Navigables de France) devrait être fière de son réseau, et l’entretenir correctement. Ce n’est pas le cas. Chaque année il y a un bief vidé au moment de la navigation, chaque année il y a des écluses qui s’écroulent, ou qui ont des problèmes de portes ou autre, et le must depuis quelques années, les algues envahissent les biefs et les ports. Nous avons fait le canal du midi l’an dernier et là aussi les épaves polluent ce canal.  Personne ne drague les ports et biefs, le port de Cruaz est ensablé, et j’en passe et des meilleures…

Mis à part quelques villes, comme Lyon, Valence, Châlon sur Saône, Mâcon (non exhaustif), le réseau est à l’abandon…

Ce n’est pas ce que viennent chercher les touristes en France. Ils sont surpris en mal et beaucoup ne reviennent pas.

A cette date, nous avons deux bateaux amis qui sont en difficulté à cause de ce qui précède, et aussi au manque d’eau. Les uns ont dû faire un immense détour pour se rendre en Belgique depuis Port sur Saône (145 km à 10km/h et 135 écluses de plus), car les canaux de la Meuse supérieure sont fermés. Les autres, se sont échoués dans le canal des Vosges entre Toul et la Saône, malgré qu’ils aient pris des informations auprès de VNF, qui leur a garanti un tirant d’eau de 1,8m, alors que cela ne passait pas avec 1,5 m. Une voie d’eau s’est ouverte sous le bateau, et ils doivent le sortir et le faire transporter par camion. Bonjour les frais !!!

A Saint-Usage, le port est envahi par les algues. Combien y-a-t’il eu d’hélices bloquées à cause de ça ?

La situation devient inadmissible, et nous pensons faire comme les autres et quitter ce beau pays…

Il y a tellement de chômeurs, faites-les travailler dans des camps itinérants d’entretien. Il y a aussi tous ces jeunes en déshérence qui cherchent une motivation, redirigeons-les vers la nature. Il y aurait aussi les prisonniers que l’on nourrit à rien faire, pourquoi ne pas les faire travailler au service de la République.

Ma belle France, ne laisse pas partir ceux qui t’aime !!!

***

Moules

170529 Nous mangeons tous du plastique !

170529  Nous mangeons tous du plastique !

Depuis un certain nombre d’années, une quantité d’études démontrent les nuisances des matières plastiques. Une fois de plus, le pouvoir de l’argent et du confort irréfléchi, mais aussi de la méconnaissance, mènent à une impasse. La conclusion est sans appel ; nos mers sont infestées de plastiques et polluants chimiques, et il est urgent d’agir.

Déjà en 2012-2013, une expédition démontrait par exemple, que dans le Golfe de Gêne, on trouvait entre 13'000 et 300'000 particules de plastiques flottants par km2. Une autre, disait que dans le Pacifique, une nappe de déchets, plus grande que la France, se situait au centre d’un courant circulaire nommé Gyre.

Ces plastiques proviennent de notre consommation effrénée de ces matières plastiques, que l’on retrouve dans toutes sortes de produit du quotidien, tels que : emballages – produits cosmétiques – vaisselle -  vêtements – objets courants de tous les jours. Le grand malheur est que ces matières se déstructurent en fines particules, mais ne se détruisent pas naturellement. Ainsi, elles sont absorbées par les animaux et au final par nous-mêmes.

Il devient dès lors évident que la santé des organismes vivants est en très grand danger ! Les poissons, les crustacés, les oiseaux et finalement les humains sont tous concernés. La chaîne alimentaire se concentre en plastiques chaque fois qu’un prédateur mange sa victime, qui à son tour est elle-même mangée par son prédateur. Et finalement, il n’en est pas autrement des êtres humains qui sommes en tête et en queue de ces pollutions effrayantes.

Si nous prenons l’exemple des moules qui filtrent 20 à 25 litres d’eau de mer par jour. Il n’y a que peu de meilleur filtre naturel. Qui par conséquent, concentrent les filtrats dans leurs chairs, puis finissent dans notre assiette. Il en va de même pour les crustacés et tous les autres organismes marins.

Ce que l’histoire ne dit pas, est quelle est la conséquence pour nous, qui consommons tout cela, mais qui initions tout cela également.  Cela ressemble à un suicide indirect !!!  Bien triste, pour ceux qui comme moi, adorent les produits de la mer.

Une prise de conscience semble s’initier gentiment, mais il faut accélérer de toute urgence, les moyens de lutte, mais aussi la réglementation sur ces matériaux. Aujourd’hui on ne peut plus dire qu’on ne savait pas !

***

Ceta

170519 Le CETA, traité hyper-dangereux !

170519 Le CETA, traité hyper-dangereux !

CETA = Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA)

Bien sûr, nous n’avons rien contre les Canadiens, mais le CETA qu’ont introduit les Européens et Canadiens est bien trop dangereux.

Etant donné que le Canada est lié avec les Etats Unis d’Amérique par des traités d’échanges commerciaux, le CETA qui lierait l’Europe et le Canada serait une passoire pour les produits américains. Surtout que nous n’avons pas voulu du TAFTA (+/- le même accord avec les USA).

Incroyable et vrai, Le Conseil de l’Europe, a décidé que cet accord serait effectif, même si certains pays de l’EU ne l’ont pas ratifié (l'article 30.7 de l’accord CETA stipule : « Les parties peuvent appliquer provisoirement le présent accord à compter du premier jour du mois suivant la date à laquelle elles se sont notifié réciproquement l’accomplissement de leurs obligations et procédures internes respectives ».

On voit ici que toutes les portes sont ouvertes aux échanges de mauvaise qualité, OGM et finances douteuses.

Aucun dirigeant, aucun gouvernement ne peut donc dire qu’il ne le savait pas. Tout a été négocié et décidé pour réaliser un coup de force. C’est au point que même l’avis du Parlement européen devient inutile.

La Commission européenne reconnaît que dès l’étude d’impacte du CETA, une augmentation des gaz à effet de serre sera inévitable avec les échanges marchands qui augmenteront (+ 23%), alors que cette même commission prétendait réduire ces émissions de 40% d’ici 2030.

L’accord prévoit également de faciliter l’importation d’énergies fossiles en provenance du Canada, du type sables bitumineux dont l’extraction est très controversée. Nous n’en avons pas voulu chez nous, alors il est tout à fait incohérent d’en importer.

L’accord prévoit également l’importation de produits agricoles tels que des tonnes de bœuf et porc en provenance du Canada, sans taxes douanières, alors qu’on subventionne ici nos paysans. Quelle autre incohérence !

Jean-Luc Mélenchon est un fervent opposant à cet accord, et il a raison. Il doit aussitôt que possible se battre au sein du nouveau gouvernement, en s’opposant à ces conditions de commerce international.  Pourtant il aura à faire car le traité est signé !?!  Et enfin, le mécanisme de règlement des « différends » contenu dans le traité, et même sous sa forme un peu édulcorée de Cour spéciale sur l’investissement (ICS). Car il permettra aux entreprises d’attaquer les décisions des États, notamment dans le cas de mise en place de législation protectrice de l’environnement comme par exemple l’interdiction de la fracturation hydraulique dans l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste.

Quel Monde !!! Il faut absolument se battre contre cette mondialisation indécente ! Se dit le Capitaine.

Infos sur : http://melenchon.fr/2017/01/30/alerte-le-ceta-passe-en-force/

et aussi : http://www.touteleurope.eu/actualite/qu-est-ce-que-le-ceta.html

***

Cargos fret

170411 Cargos pollueurs et déraison !

170411 Cargos pollueurs et déraison !

Pour moi qui aime tant les bateaux, j’ai reçu ça comme un coup de poing dans l’estomac !

Depuis le temps qu’on dit que le transport maritime est le moins polluant !?! C’est un vrai scandale que nous a révélé « France 5 » (émission du 26 mars 2017), dans son reportage « Cargos, la face cachée du fret ».

Pendant qu’on nous gave d’illusions quant à ce moyen de transport idéal, les constructeurs de navires abondent dans la déraison, en utilisant des moteurs à fuel lourd, qui est très polluant. Sur l’hôtel du meilleur marché, on a construit des moteurs, qui consomment certes des carburants lourds, que personne ne veut, mais sans se soucier de l’impact sur l’environnement.

Voici un titre bien gardé à l’abri de nos oreilles, qui énonce : « La pollution émise par seulement 20 de ces supers cargos polluent autant que l’ensemble du parc automobile de la planète ». Il faut spécifier que cela concerne le soufre issu de la combustion, ainsi que les particules fines. Quel scandale !

Toujours sur l’hôtel du meilleur marché et de la mondialisation, ces géants des mers nous ramènent des centaines de milliers de containers, depuis la l’Asie, remplis de marchandises que nous utilisons avec frénésie.

Bien sûr, en navigation hauturière, ils sont loin des yeux, mais ils ne polluent pas moins. C’est à l’approche des terres qu’on commence à s’en rendre compte, par l’aspect visuel et par les mesures effectuées dans les ports. De plus, la pollution sonore ne dérange pas les terriens, mais les vibrations qu’émettent ces moteurs sèment la panique dans l’écosystème, en diffusant des infra-sons qui désorientent les mammifères marins.

Des navires toujours plus gros sillonnent nos mers et océans. Les nouveaux font jusqu’à 400 m. et transportent près de 14'000 containers. Plus les navires sont gros, plus le prix du transport baisse. Mais c’est justement là, que les exploitants recherchent les frais d’exploitation les meilleurs marchés. On lime sur la nature du carburant (le meilleur marché), sur les équipages bon marchés, si possible de pays en voie de développement et sans statuts sociaux, on recycle des bateaux non adaptés à leur conception initiale. Cerise sur le gâteau, ces millions de containers qui circulent autour de la planète, ne sont que peu contrôlables, malgré les efforts des douanes.

Pendant que les petites compagnies maritimes crèvent de non rentabilité, les grosses se partagent les bénéfices, qui approchent des 450 milliards de dollars.

La réglementation concernant le trafic maritime, est régie par l’OMI (Organisation Maritime Internationale), qui serait la seule à pouvoir intervenir sur ce scandale. Pourtant il n’en sera rien, car cette organisation est en main des plus gros armateurs, et en mains des pays qui offrent les pavillons de complaisance à ces monstres.

 Pour INFO : Rediffusion sur France 5, jeudi 13 avril 2017 à 0h55

***

Norwegian joy

170330 Lancement du Norwegian Joy

170330 Lancement du Norwegian Joy

Le «Norwegian Joy» est le quatrième plus gros navire de croisière au monde en ce mois de mars 2017.

Le grand navire «Norwegian Joy» a quitté le chantier naval où il a été construit. C’est le chantier Meyer Werft de Pappenburg qui a réalisé ce magnifique bateau de croisière. Le lancement à partir de ce chantier allemand spécialisé dans la construction de Paquebots et Yachts de luxe est toujours un spectacle, car le bateau doit suivre le bucolique cours de l’Ems, accompagné de remorqueurs, sur quelques kilomètres. Il doit franchir un barrage de protection et des ponts (ouverts pour l’occasion), pour rejoindre les grandes eaux. Une fois en eaux libres, il va tout d’abord regagner le port hollandais, assez proche d’Eemshaven, puis effectuer des essais en mer du Nord.

Le «Norwegian Joy» est le douzième navire construit par ce chantier, par la compagnie Norwegian Cruise Line (NCL). Il mesure 326m et pourra emporter 4'200 passagers. Deux autres vont suivre en 2018 et 2019.

Il est pourtant regrettable que la motorisation de ce fleuron, soit encore d’ancienne génération, en utilisant des carburants très polluants, à l’instar de bien d’autres paquebots actuellement en service. A quand un peu de bon sens ?

Le «Norwegian Joy» va prochainement entamer un périple à destination de la Chine, où il fera des croisières de luxe destinées aux touristes chinois, au départ de Shanghaï et Tianjin. Il a spécialement été aménagé pour cette clientèle.  Outre les loisirs habituels que l’on trouve sur un paquebot de luxe, il aura en plus une piste de karting et de voitures tamponneuses électriques.

La NCL est une compagnie bermudienne, qui exploite des navires de croisière, dont le siège est situé dans le comté de Miami-Dade en Floride (USA). On comprend mieux maintenant pourquoi l’attention sur le respect de l’environnement n’est pas une priorité, vu l’esprit climato-septique de ce pays et leur gouvernement actuel. D’autant plus, que ce magnifique bateau regagne un des autres pays les plus pollués au monde.

L’ONG allemande Nature and Biodiversity Conservation Union, a qualifié le chantier naval Meyer Werft de Pappenburg de « catastrophe » pour son manque d’innovation environnementale (Aw/jm (dpa)).

Nous souhaitons tout de même une vie sans problème à ce magnifique bateau…

***

 

Tokio

170306 Pékin, la ville où l’air est le plus pollué au monde.

170306 Pékin, la ville où l’air est le plus pollué au monde.

Avec 600 microgrammes (µg) par m3, l’air de la ville de Pékin est saturé en particules fine, les plus dangereuses pour la santé, celles qui font moins de 2,5 microns.  Ces micro et nano-particules entrent dans les poumons et les intoxiquent profondément. C’est la cause de beaucoup d’irritations des voies respiratoires chroniques, ainsi que de cancers des poumons.

Est-ce que cette ville est encore habitable ? Les normes d’usage établies par l’OMS, se situent à 20 microgrammes par m3.  Avec deux pics de pollution de 200 et 600 µg/m3 depuis le mois de décembre, l’air est irrespirable.

Les enfants ont été retenus à la maison, des usines ont été fermées et la circulation a été réglementée par alternance pair/impair pendant plusieurs jours. Pourtant, dans le brouillard local on pouvait voir quelques vieux récalcitrants faire leur gymnastique dans les  parcs et sur les places.

La ville de Pékin envisage de remplacer ses 70'000 taxis thermiques, d’ici quelques mois, par des taxis électriques. Mais, pour cela il faudra du courant électrique ! Comme on le sait, la Chine produit son énergie électrique via quelques méga-barrages, mais aussi par de trop nombreuses centrales à charbon, très polluantes.

Bien que les mesures prises visent à réduire la pollution d’un côté, les moyens choisis ne sont pas beaucoup plus rassurants…

***

Pieces

170303 Qui veut faire disparaître la monnaie cash ?

170303 Qui veut faire disparaître la monnaie cash ?

Les banques et les administrations financières privées autant qu’étatiques, nous poussent tous les jours un peu plus à payer avec des moyens plastiques ou électroniques.

Leur seul but étant de tracer le simple quidam, afin de contrôler les flux financiers que chacun utilise au quotidien. Les intérêts des uns (privés) sont d’espionner les habitudes d’achats des gens, afin de cerner leurs tendances, et les solliciter ou inciter à dépenser plus, au moyen d’offres spéciales ou de publicités ciblées. Pour les autres (les états), c’est une manière de contrôler les flux financiers de chacun, et de pouvoir éviter l’évasion fiscale. Mais aussi, la limitation de l’argent comptant permet également d’éviter les échanges illégaux qui pourraient couvrir un éventuel blanchiment d’argent.

Nous avons tous remarqué, qu’on nous incite tous les jours à prendre des cartes de fidélité/cartes de crédit, à effectuer des paiements flash pour les dépenses de moins de 40 CHF/Euros aux caisses des magasins, et au paiement via votre téléphone portable.  Bien sûr, c’est mieux que de payer sa baguette avec un chèque, comme on a pu le voir il y a peu de temps encore. Pourtant notre seule chance pour l’instant, est de faire partie de la zone euro/ ou CHF, au sein de laquelle plusieurs pays sont ouvertement opposés à la suppression des billets de banque.

La monnaie plastique/électronique a maintenant le vent en poupe, mais il faut faire attention à ce que l’on pourrait perdre si elle se généralisait !!!

On peut comprendre que les grosses transactions soient limitées à 1'000 euros en cash. Cela évite les transactions malhonnêtes. Mais en dessous est-ce bien raisonnable ? En imaginant que le 95% des gens ne fraude pas, pourquoi pénaliser tout le monde ?

Même si le fait de ne plus avoir d’argent dans son porte-monnaie est plus sécuritaire, votre argent vaut ce qu’il représente réellement, et permet même de négocier certains petits rabais. Ce qui est bien le contraire avec les cartes de crédit/débit, qui vous coûtent une cotisation annuelle, plus des frais d’encaissement suivant où vous les utilisez. Le jour où tout le monde sera dépendant des cartes de paiement, les banques vont automatiquement faire payer leur service, ça commence déjà chez certaines... Et, comment faites-vous pour glisser un petit pourboire, ou la pièce à vos petits-enfants ?

De plus, si on vous dit que c’est très sécurisé, c’est bien une anecdote, car tous les jours il y a des fraudes dues à des failles de sécurité et aux vols. Régulièrement des renseignements privés, personnels sont piratés sur les serveurs de grosses sociétés, mais là, les banques restent discrètes… Si comme en Espagne, en Grèce, des banques font faillite et que votre argent qu’elles détiennent y reste bloqué, que faites vous ?

Soyons donc vigilent et ne laissons pas faire ce pas de trop !

***

Tio2

170301 Le danger des nanoparticules dans l’alimentation et...

170301 Le danger des nanoparticules dans l’alimentation et la cosmétique

Malgré des dizaines de mises en garde sur l’effet néfaste des nanoparticules, utilisées inutilement par les industries cosmétiques et alimentaires, rien ne change sur les emballages des produits achetés en commerces libres. Pourtant, même si la mention « nanoparticules » figurait sur les emballages, il n’est pas certain que les clients se rendent compte du danger de ces substances de base, des divers produits ingérés quotidiennement. C'est-à-dire des bonbons, du dentifrice, de certains produits alimentaires courants et même dans certaines viandes et confiseries …

Que veut dire nanoparticule ? Il s’agit de molécules chimiques de la taille du milliardième de mètre (10-9m.), c'est-à-dire  un million de fois plus petit que le diamètre moyen d’un cheveu. Cela veut dire, que cette molécule est plus petite que bien des cellules qui constituent le corps humain ou animal.  Et alors ? Eh bien, si des molécules si petites entrent en contact avec des cellules capables de les absorber, celles-ci ne se gênent pas de le faire. Et pour en faire quoi ?  Eh bien, on ne le sait pas toujours, mais la plupart du temps pour les stocker, sans savoir comment elles vont agir…

Si on prenait l'exemple  du E171 !!!

En ce qui concerne le E171 (Dioxyde de titane nano), on le trouve dans les dentifrices (agent blanchissant), dans certains bonbons et chewing-gums (agent de blancheur), dans des crèmes solaires (fixatif des principes actifs), dans des médicaments, dans des viandes de veau (aspect plus clair).  Ce ne serait pas si grave si la molécule était de structure micro-métrique, mais à l’échelle nano- métrique c’est très grave. Car, il a clairement été démontré (INRA/CIRC/Uni Lausanne/ Uni Orléan) sur des rats (pauvres bêtes), que ce produit provoque des troubles immunitaires et des lésions précancéreuses.  Des recherches menées par l’université de Grenoble ont démontré pour la première fois, que le dioxyde de titane nano franchit la barrière intestinale et se retrouve dans le sang, puis dans le foie.

Dès lors, on peut se poser la question s’il ne serait pas prudent de retirer ce produit pour de telles applications ? D’autant plus que le danger qu’il représente est similaire à celui de l’amiante. C’est donc une bombe à retardement !!!

Cette chimie du diable, est tolérée et la législation européenne ne prend pas position, si ce n’est que la mention « nanométrique » devrait figurer sur les emballages depuis deux ans déjà.  Les lobby’s des fabricants de ces matériaux font pression sur les organes de certification et bloquent le processus de réglementation de toutes leurs forces.

Il est à noter deux choses : 1) Le dioxyde de titane sous sa forme macro-particules est utilisé depuis très longtemps dans les peintures, sans problème majeur.  2) Certaines nano-particules peuvent être bénéfiques si elles sont utilisées à bon escient, notamment dans certains médicaments qui ont une action ciblée à l’endroit où ils doivent agir. C’est le fruit de recherches actuelles.

De façon plus générale, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a préconisé le principe de précaution et le classement des nanomatériaux parmi les substances dangereuses.

***

Sous marin argentin

170227 Un sous marin au milieu d’une régate

170227 Un sous marin au milieu d’une régate

Cela c’est passé en 2014, alors que 170 Optimist’s, petits voiliers de régate pour enfants, régataient au large de Mar del Plata en Argentine, à l’occasion de la 49ème Semaine des régates de cette station.            

Soudain, au milieu de la régate, un périscope fit son apparition, puis un sous-marin militaire fit surface au milieu des petits bateaux.  Puis une bouée de parcours de la régate se mit à se déplacer, emportée par le gouvernail de l’engin.

Imaginez la tête et la frayeur des gamins et des organisateurs de cette régate. Voir un sous-marin de 66 mètres au milieu des petits bateaux, n’est pas vraiment courant, ni rassurant.

Malgré que ce bâtiment soit équipé d’un matériel de navigation et de détection sophistiqué, l’équipage n’avait pas vu les Optimist’s. Quelle incompétence…

Certains enfants entre 12 et 15 ans, ont été pris de panique, mais heureusement il y eu plus de peur que de mal.

La régate fût interrompue et un nouveau départ donné, une fois l’émoi passé.

Il va sans dire qu’une enquête fût ouverte, dont à ce jour, on ne connaît pas l’issue.

***

 

Ampoule philips led

170130 Economies sur les ampoules et autres

170130 Economies sur les ampoules et autres

Le citoyen est agressé de toutes parts par la publicité. Les fabricants, les écolos, voire même les services de distribution d’électricité sollicitent le remplacement des appareils ménagers, des ampoules par du matériel moins gourmand en énergie, les voitures par des plus économiques, etc. Bien joli, tout ça, mais que faisons nous des appareils et objets actuels ? On nous incite à les remplacer alors qu’ils sont encore en état de marche. C’est une aberration ! Ces objets n’ont pas fini leur vie et il faut les garder jusqu’à la fin de celle-ci. Notre planète déborde déjà par les déchets de toutes sortes n’en ajoutons pas des inutiles. Bien sûr, remplacer afin d’économiser, c’est bien, voire très bien, mais au moment de remplacer un ancien appareil. Il ne faut pas succomber aux tentations des bienveillants de l’économie qui ne voient que leur petit problème, mais n’ont aucune vue d’ensemble, et surtout incitent à de nouvelles dépenses inutiles. C’est à ce niveau qu’il faut entreprendre la décroissance intelligente.

Les voitures électriques c’est bien, mais le bilan écologique final est catastrophique entre sa conception et sa destruction. De plus d’où vient l’électricité ? Des centrales nucléaires et des centrales thermiques au charbon ? Bonjour les émissions de CO2 et les déchets radioactifs. Joli cadeau pour nos enfants…

Coup de geule du capitaine : J’ai acheté des ampoules LED de Philips pour l’éclairage extérieur de la maison où j’habite.  Je les ai payées CHF 10.- (+/- 9 euros). Le fabricant indique  plus de  10'000 heures de durée de vie. Elles n’ont même pas 5'000 et elles commencent à sauter les unes après les autres (déjà 4 en quelques jours). Cela est bien la démonstration de l’obsolescence programmée, ou je me trompe ? De qui se moque-t-on ? De plus si vous dites cela au magasin où vous les avez achetées, on vous demande le ticket de caisse de cet achat. Gardez-vous les tickets pendant une année ou plus ? Pourtant on devrait...

Il va y avoir à Lausanne les 14 et 16 février des conférences ces thèmes, intitulée :

REMPLACER POUR ECONOMISER...VRAIMENT?
14 & 16 février 2017, 18h30
Hôtel Continental, Lausanne

Entrée gratuite. Inscription obligatoire: www.bonasavoir.ch

***