Le Blog du Capitaine

Le Blog des états d'âme du Capitaine...

Actuellement en navigation sur la Saône et le Rhône, ce blog n'est pas alimenté journellement. Mais néanmoins au gré des informations et évennements du jours, quelques lignes seront rédigées. 

Relevé de vos visites:

2017 :

Janvier 875 visites - Février 842 visites - Mars 1094 visites - Avril 896 visites - Mai 1077 visites - Juin

MERCI, c'est gratifiant. Pourtant, le capitaine serait encore plus content si vous faisiez des commentaires. Sous chaque titre du blog, il y a une ligne avec des mentions en orange. Ici vous cliquez sur "Commentaires" et pouvez ajouter votre grain de sel ou opinion sur le sujet traité.

A bientôt, au plaisir de vous revoir !

***

 

 

Img 6352

170811 Le Rhône

170811 Le Rhône

Bien sûr pour nous Genevois, le Rhône, nous le voyons tous les jours, sans vraiment se poser de question.

Pourtant dès qu’il est rejoint par l’Arve, à Genève, le Rhône augmente en débit pour devenir progressivement le plus puissant fleuve de France.  A Beaucaire, quelques km en aval d’Avignon son débit moyen est de 1700 m3 seconde.

Son bassin versant couvre 97'800 km2 et reçoit principalement l’Arve, l’Ain, la Saône, l’Isère, l’Ardèche, la Drôme, la Durance et beaucoup de plus petits cours d’eau.

Long de 812 km, dont 522 km en France et 330 km navigables de Lyon à la mer.  En ce qui nous concerne en tant que navigants, ce fleuve est équipé pour une navigation 24/24 h. pour les bateaux de commerce et de croisière hôtelière, qui sont prioritaires. Les plaisanciers ont eux aussi le droit de s’y frotter, mais seulement de jour et avec prudence...

Ce fleuve est à prendre très au sérieux, car ses amplitudes de débit passent de +/- 300 m3 sec. à 3800 m3 sec., suivant la météo et la fonte des neiges.

Pour l’avoir pratiqué dans les deux conditions, je confirme que ce n’est pas toujours aisé. De plus pour la plaisance, il y a des longs tronçons sans pouvoir s’arrêter, faute de haltes nautiques ou ports. Par exemple entre Valence et Avignon, il n’y a quasiment pas de halte possible sécurisée.

Par contre, si les écluses sont impressionnantes, elles sont très aisées à franchir, grâce aux bollards flottants (des bites d’amarrages qui montent et descendent avec le niveau de l’eau dans l’écluse).

Pour exemple, l’an dernier nous descendions le Rhône vers Avignon à plus de 20 km/h., alors qu’en faisant demi-tour, nous le remontions à 4 km/h. Cela implique que le bateau soit en parfaitement état de marche !

Au courant, vient s’ajouter le vent (Mistral) qui peut engendrer de la vague et de la résistance lorsqu’on navigue contre.

Question navigation, il est fréquent de croiser de gros bateaux, tels que péniches, convois poussés, bateaux hôtels et cargos fluvio-maritimes. Ces bateaux naviguent plus vite que les plaisanciers, et engendrent pour certains de grosses vagues. Il faut donc surveiller devant et derrière lorsqu’on navigue.

Les écluses sont longues de 190m par 12 de large. Leur hauteur peut aller jusqu’à 23m pour celle de Bollène. Il y en a 13 entre Lyon et la mer.

Pourtant c’est un fleuve très agréable à naviguer…

***

 

Bateau epatant

170703 VNF et négligence : Mon Coup de gueule !

170703 VNF et négligence : Mon Coup de gueule !

Il est bien triste de voir que la navigation de plaisance quitte lentement la France. En ce début du mois de juillet, nous naviguons sur la Saône, et il y a peu de trafic de plaisance. Mis à part quelques bateaux de location, il y a peu de bateaux privés. Il y a bien sûr les Néo Zélandais et les Sud Africains qui passent l’été chez nous et l’hiver chez eux, mais autrement presque rien.

Il faut chercher la cause de cette désertion vers d’autres pays européens plus organisés que la France. Bien sûr la France reste un beau pays, mais il n’est pas entretenu !  Et, les touristes y sont sensibles…

Coincés par les finances tout le monde se rejette la faute. Pourtant VNF (Voies Navigables de France) devrait être fière de son réseau, et l’entretenir correctement. Ce n’est pas le cas. Chaque année il y a un bief vidé au moment de la navigation, chaque année il y a des écluses qui s’écroulent, ou qui ont des problèmes de portes ou autre, et le must depuis quelques années, les algues envahissent les biefs et les ports. Nous avons fait le canal du midi l’an dernier et là aussi les épaves polluent ce canal.  Personne ne drague les ports et biefs, le port de Cruaz est ensablé, et j’en passe et des meilleures…

Mis à part quelques villes, comme Lyon, Valence, Châlon sur Saône, Mâcon (non exhaustif), le réseau est à l’abandon…

Ce n’est pas ce que viennent chercher les touristes en France. Ils sont surpris en mal et beaucoup ne reviennent pas.

A cette date, nous avons deux bateaux amis qui sont en difficulté à cause de ce qui précède, et aussi au manque d’eau. Les uns ont dû faire un immense détour pour se rendre en Belgique depuis Port sur Saône (145 km à 10km/h et 135 écluses de plus), car les canaux de la Meuse supérieure sont fermés. Les autres, se sont échoués dans le canal des Vosges entre Toul et la Saône, malgré qu’ils aient pris des informations auprès de VNF, qui leur a garanti un tirant d’eau de 1,8m, alors que cela ne passait pas avec 1,5 m. Une voie d’eau s’est ouverte sous le bateau, et ils doivent le sortir et le faire transporter par camion. Bonjour les frais !!!

A Saint-Usage, le port est envahi par les algues. Combien y-a-t’il eu d’hélices bloquées à cause de ça ?

La situation devient inadmissible, et nous pensons faire comme les autres et quitter ce beau pays…

Il y a tellement de chômeurs, faites-les travailler dans des camps itinérants d’entretien. Il y a aussi tous ces jeunes en déshérence qui cherchent une motivation, redirigeons-les vers la nature. Il y aurait aussi les prisonniers que l’on nourrit à rien faire, pourquoi ne pas les faire travailler au service de la République.

Ma belle France, ne laisse pas partir ceux qui t’aime !!!

***

Tuiles photovoltaiques

17.06.30 Les tuiles photovoltaïques de Tesla

17.06.30  Les tuiles photovoltaïques de Tesla

Elon Musk, patron de Tesla présenta en juin 2016 les nouvelles tuiles photovoltaïques fabriquées par la société

SolarCity qu’il a récemment achetée. Comme d’habitude ce patron visionnaire se trouve au devant d’une technologie innovante.

Si la technologie existe déjà depuis un moment, cette fois-ci, les tuiles présentées sont révolutionnaires, car elles présentent un aspect réel des tuiles habituelles, mais également une efficacité remarquable grâce à la matière dont elles sont fabriquées.

Le but de cette invention est de rendre les maisons auto-suffisantes. La diversité des tuiles fabriquées, permettra que tous les toits seront différents et que les maisons ne seront pas homogènes dans le paysage.

Si l’avantage esthétique paraît évident, ces tuiles possèdent également d’un atout énergétique. Elles disposent d’un rendement quasi similaire (à 98 %) aux tuiles et panneaux solaires actuels, et elles peuvent couvrir l’intégralité du toit, ce qui n’est pas le cas actuellement avec les autres panneaux photovoltaïques.

Une partie de l’électricité produite peut-être consommée directement, tandis que le reste peut être stocké dans une batterie domestique de type Powerwall 2, produite par Tesla (et évidemment présente dans les maisons d’exposition). Ainsi le magicien Elon Musk a une nouvelle fois réussi à séduire les amateurs de technologie.

Elles devraient arriver en Europe encore cette année, et nous attendons évidemment les prix ...  Affaire à suivre

***

Premier sousmarin

170615 Un sous marin datant de la guerre de Sécession

170615 Un sous marin datant de la guerre de Sécession

Construit en 1863, ce fût le premier sous-marin de guerre ayant coulé un bateau, lors de la guerre de Sécession.

Baptisé CSS H.L. Hunley ce sous-marin fût construit dans le but d’aller couler les bateaux ennemis. Ce qu’il fit une année plus tard, avec brio, lors de son attaque, au moyen d’une torpille embarquée contre un navire unioniste USS Housatonic.

Pourtant cette attaque ne lui porta pas bonheur, car il sombra dans la foulée, emportant son équipage dans la mort.

Ce sous-marin était propulsé par les membres de l’équipage qui tournaient une grande manivelle, qui elle-même entraînait une hélice. Il mesurait 12 m. de long et 1,17 m. de diamètre, pour un poids de 8 tonnes.

136 ans après son naufrage, il a été remonté à la surface par une équipe d’archéologues et emmené avec précaution au Lasch Conservation Center (USA) .

Les scientifiques qui ont opéré cette opération de sauvetage ont fait l’étonnante découverte de tout l’équipage, fidèlement installé à son poste de travail, vraisemblablement mort d’asphyxié.  Cet équipage fût enterré au cimetière Magnolia à Charleston en 2004.

Le sous-marin quant à lui sera bientôt exposé dans un musée de Caroline du Sud.

***

Scrubbers

170602 Les Scrubbers ? Une avancée technique vers la propreté

170602  Les Scrubbers ? Une avancée technique vers la propreté

Il a fallut réglementer pour amener les armateurs à rendre plus propres leur navires. Les règlements MARPOL de l’OMI (Organisation Maritime Internationale) ont fixé en 2015 (applicable d’ici 2020), le maximum des émissions des gaz d’échappement des bateaux commerciaux. Cette réglementation vise essentiellement à limiter le taux des rejets de soufre dans l’atmosphère. Les moyens d’y parvenir sont multiples, mais représentent des coûts différents s’il s’agit d’un nouveau navire, ou d’un ancien à rénover. Les options sont un possible changement de carburant, passer du fuel lourd à du gazole voire même le gaz liquide.

C’est là qu’intervient le scrubber. C’est un moyen physique qui permet aux navires de continuer à naviguer avec des fuels lourds (polluants, mais bon marchés) en rejetant des gaz d’échappement épurés à 99%. Cela fait déjà plus de 40 ans que des firmes telles que DuPont de Nemours et Belco Technologies travaillent sur le sujet, et sont de nos jours parvenues à cette haute performance. D’autres fabricants autour du monde se sont aussi intéressés à cette problématique, et installent déjà de telles centrales de filtration sur des navires.

L’installation de ces systèmes de nettoyage des gaz d’échappement est possible sur presque tous les types de navires, qu’ils soient neufs ou anciens. Bien sûr, cela représente un gros investissement, qui doit pouvoir être rentabilisé, pour qu’une transformation d’un ancien navire soit envisagée. Aussi des compagnies comme Brittany Ferries ont fait l’effort d’immobiliser à grands frais six de leurs bâtiments pendent le temps d’installer ces filtres géants et faire de la maintenance. Une autre, comme MSC a équipé son nouveau fleuron, le MSC Meraviglia, d’un tel filtre dès sa conception. La tendance se confirme et c’est encourageant.

***

N’en déplaise à Mr. Trump, les normes établies par l’OMI sont internationales, et America first devra y passer, comme les autres. Bonne nouvelle !

Gong

170531 Comment les fréquences agissent sur vous

170531 Comment les fréquences agissent sur vous

Que vous soyez malades ou en bonne santé, certaines fréquences vous apportent des bienfaits ou émotions, sur votre corps ou mental.

La musique et les sons, sont composés de fréquences. Depuis la nuit des temps, nous ressentons ces fréquences par nos oreilles et vibrations au niveau du corps. Depuis toujours la musique et les percussions ont fait partie des rites religieux et/ou tribaux. Que ce soit les tam-tams africains, les conques des tibétains ou les chants grégoriens, tous ont pour but de sensibiliser votre émotionnel.

Chaque modulation émise à une certaine fréquence éveille ou sensibilise une partie de votre cerveau pouvant déclencher, soit un bien être, soit une guérison, et pourquoi pas une forme d’hypnose ou une stimulation.

Si par exemple les fréquences suivantes sont émises en Hz (Hertz), vous ressentirez les effets suivants (simplifiés) :

432 Hz           Libération des blocages physiques et mentaux

528 Hz           Eveil de la conscience, attise la perception des vibrations internes et libération de l’énergie. Certains laboratoires biologiques l’utilisent pour réparer l’ADN

639 Hz           Stimule la communication et la connexion à un sujet

741 Hz           Nettoyage des cellules toxiques ou parasites. Stimule l’intuition.

852 Hz           Pour la restauration de la sensibilité, de l’Amour et des prémonitions

963 Hz           Développe force, élévation et pleine conscience

Comme on peut le constater ces termes sont prometteurs, mais il ne s’agit pas simplement d’émettre ces fréquences, ou de les écouter à la légère, il faut aussi adhérer à cette émission par une écoute concentrée, ou sous forme d’accompagnement à une méditation, ou séance d’hypnose.

On trouve sur internet beaucoup de documentation à ce sujet, ainsi que des extraits sur youtube. Il y a aussi des vendeurs de fréquences qui promettent beaucoup, pour le meilleur et pour le pire.

A vous de voir :

Voici quelques exemples :

https://zen-waves.com/frequence-sacree-528-hz/

https://www.youtube.com/watch?v=K5NxjMecyWQ

https://www.youtube.com/watch?v=F7gl_-e5gjY&t=29s

et bien d'autres encore...

***

Chalut

170530 Gestion de la pêche 2017 pour la mer du Nord

170530 Gestion de la pêche 2017 pour la mer du Nord

Les 28 États membres de l’Union Européenne sont parvenus à un accord, sur les quotas de pêche pour l’Atlantique et la mer du Nord.  Petit à petit, L’EU avance en visibilité dans la délimitation des quotas tant réclamés par les pêcheurs, notamment sur le cabillaud, le merlan et le bar, en fixant un RMD (rendement maximum durable).

Le Rendement maximum durable (RMD), soit la limite de pêche qui permet le renouvellement des espèces, est le principe directeur qui guide les négociations sur les taux de capture dans les pêcheries européennes. La politique commune de la pêche prévoit que ce rendement s’applique à tous les stocks d’ici 2020.

La bonne gestion du stock de poissons déjà dictée par l’EU, a permis d’augmenter sensiblement le (TAC) taux admissible de capture du merlu. La sole, quant à elle se stabilise dans le golfe de Gascogne et augmente en mer du Nord. Le cabillaud, lui, est en baisse et l’églefin est en hausse.

Nous voyons ici que la bonne gestion des stocks, même si elle ne plaît pas à tout le monde, tend à revaloriser la pêche, selon des méthodes scientifiques. Pourtant, la France a obtenu des assouplissements, afin de tenir compte des captures inévitables de certains engins de pêche, notamment avec le bar.  La Commission, qui juge la situation du bar très préoccupante, avait proposé seulement des exceptions pour les petits pêcheurs, dont l’activité dépend de ces stocks. Qu’en sera-t’il des Anglais avec leur brexit ? Eux qui viennent déjà pêcher à la limite des eaux françaises, si ce n’est pas dedans…

Note du Capitaine : Il est à considérer que le fruit de la pêche devrait être réservé à l’alimentation et non à faire des farines de poisson. Il est également à considérer que le poisson que nous mangeons de nos jours, n’est plus aussi propre que par le passé. L’Homme et ses pollutions est passé par là. Voire le blug du 170529.

Infos sur les quotas d’Ifremer : https://wwz.ifremer.fr/peche/Le-monde-de-la-peche/La-gestion/combien/Tailles-minimales/Poissons-Manche.-Mer-du-Nord

***

Moules

170529 Nous mangeons tous du plastique !

170529  Nous mangeons tous du plastique !

Depuis un certain nombre d’années, une quantité d’études démontrent les nuisances des matières plastiques. Une fois de plus, le pouvoir de l’argent et du confort irréfléchi, mais aussi de la méconnaissance, mènent à une impasse. La conclusion est sans appel ; nos mers sont infestées de plastiques et polluants chimiques, et il est urgent d’agir.

Déjà en 2012-2013, une expédition démontrait par exemple, que dans le Golfe de Gêne, on trouvait entre 13'000 et 300'000 particules de plastiques flottants par km2. Une autre, disait que dans le Pacifique, une nappe de déchets, plus grande que la France, se situait au centre d’un courant circulaire nommé Gyre.

Ces plastiques proviennent de notre consommation effrénée de ces matières plastiques, que l’on retrouve dans toutes sortes de produit du quotidien, tels que : emballages – produits cosmétiques – vaisselle -  vêtements – objets courants de tous les jours. Le grand malheur est que ces matières se déstructurent en fines particules, mais ne se détruisent pas naturellement. Ainsi, elles sont absorbées par les animaux et au final par nous-mêmes.

Il devient dès lors évident que la santé des organismes vivants est en très grand danger ! Les poissons, les crustacés, les oiseaux et finalement les humains sont tous concernés. La chaîne alimentaire se concentre en plastiques chaque fois qu’un prédateur mange sa victime, qui à son tour est elle-même mangée par son prédateur. Et finalement, il n’en est pas autrement des êtres humains qui sommes en tête et en queue de ces pollutions effrayantes.

Si nous prenons l’exemple des moules qui filtrent 20 à 25 litres d’eau de mer par jour. Il n’y a que peu de meilleur filtre naturel. Qui par conséquent, concentrent les filtrats dans leurs chairs, puis finissent dans notre assiette. Il en va de même pour les crustacés et tous les autres organismes marins.

Ce que l’histoire ne dit pas, est quelle est la conséquence pour nous, qui consommons tout cela, mais qui initions tout cela également.  Cela ressemble à un suicide indirect !!!  Bien triste, pour ceux qui comme moi, adorent les produits de la mer.

Une prise de conscience semble s’initier gentiment, mais il faut accélérer de toute urgence, les moyens de lutte, mais aussi la réglementation sur ces matériaux. Aujourd’hui on ne peut plus dire qu’on ne savait pas !

***

Bas nylon

170528 II Le Nylon a 80 ans

170528 II Le Nylon a 80 ans

Le nylon est une fibre synthétique inventée en 1935 par un employé de DuPont de Nemours. Elle commence à être commercialisée en 1938 pour fabriquer des brosses à dents. Mais après une première présentation à San Francisco en 1939, le grand succès commença réellement en 1940, où la fibre fût utilisée pour faire industriellement le fameux bas nylon, qui remplaçait ceux en soie qui coûtaient bien trop cher.

Si les poils des premières brosses à dent étaient agressifs pour les dents, les bas nylons tout au contraire étaient agréables à porter, tout en douceur et en souplesse, et sans couture. Ce fût rapidement un énorme succès mondial.

En 1942, en pleine guerre mondiale, les parachutes qui étaient fait en soie, furent remplacés pour la première fois par de nouveaux modèles en nylon. Ensuite, ce fût une femme, Adeline Gray, qui tenta le premier saut avec un modèle en nylon, les hommes étant au front. Cette femme eût tant de succès qu’elle devint l’égérie des cigarettes Camel durant plusieurs années.

Grâce à cet exploit, les parachutes militaires firent un bond en avant dans la technologie et purent participer aux divers combats et débarquements.

Les qualités de cette matière, font que son faible pouvoir absorbant permette de faire des tissus qui sèchent rapidement, et aussi des pièces mécaniques. Aussi, pendant des années on fit des habits de toutes sortes avec cette matière.

***

Antarctiqueii

170527 II Le plus gros Iceberg jamais vu sera vraisemblablement pour cette année !!!

170527 II Le plus gros Iceberg jamais vu sera vraisemblablement pour cette année !!!

Que les climato septiques se tiennent bien, car avec le réchauffement de la planète, le plus gros iceberg jamais vu est sur le point de se détacher en Antarctique. En effet un morceau de banquise aussi grand que la taille du Jura est sur le point de se détacher et partir à la dérive. La côte de Larsen C, étendue glacière de 5000 km2 est en train de se fissurer sur un front de 80 km sur les 100 qui la retienne encore.

Les chercheurs de l’université de Swansea au pays de Galle ajoutent que dès le moment où ce bloc sera détaché, d’autres peuvent suivre. Le processus de détachement s’est brusquement accéléré en décembre 2016 et le pire n’est plus qu’une question de temps. Il n’est maintenant plus besoin de prouver que la banquise se retire, sous l’effet du réchauffement de la planète, ce qui induira à coup sur une élévation du niveau des mers et océans. Curieusement, ce qui fût découvert lors d'une étude récente autour de l'Antartique, et lors de la plongée d'un sous-marin télécommandé, est que contrairement aux iceberg, la banquise n'a pas sa plus grande surface immergé sous l'eau. En effet lorsqu'on parle d'iceberg, il est courant de dire que ce que l'on voit au-dessus de l'eau reproésent 1/3 de la masse totale. Eh Bien, la banquise semblerait descendre à une vingtaine de mètres sous l'eau, et flotter comme un gigantste radeau...

C’est quand même curieux que certains climato septiques soient aussi aveugles, sur des faits aussi concrets que ça.

Ces mêmes aveugles sont-ils prêts à sacrifier du territoire à la mer, et à accueillir sur leurs terres des migrants qui fuient la perte de leurs territoires, au nom de la mondialisation, de l’argent direct et de la consommation effrénée ? Adieu la Floride, adieu les Maldives, adieu le Bengladesh et biens d'autres... plus près de chez nous : Camargue, les côtes d'Aquitaine et ce ne sont que des exemples qui sonnent à nos oreilles, car il y en a tellement ...

***

Img 6371 1

 

 

 

 

imgp4787-1.jpg